samedi 9 janvier 2016

Enfin une piste cyclable de qualité à Nantes !

du département de l'abandon des projets inutile et couteux

La nouvelle que les expulsions vont commencer sur la ZAD en dépit de plusieurs procès encore en cours a suscité l'appel pour un rassemblement pour montre l'opposition populaire au projet d'un nouvel aéroport 25km au nord de Nantes à Notre Dame des Landes.

Je n'ai pas encore trouver un bon argument pour, et plusieurs contre, donc bien sûr j'étais motivé d'y aller et montre mon soutien dans une manière concrète. Néanmoins j'ai eu la garde du gosse jusqu'au midi (une bonne chose en termes de préparation) mais forcément j'étais un peu en retard par rapport à l'heure prévue de 1130h.

C'était un très agréable balade à travers la ville, à mon œil était assez bondée ; le choix de la périphérique pour se manifester était très sage : pourquoi gêner les gens qui ont déjà montré leur bon sens en prenant le transport en commun vers les soldes en centre ville ? Mieux bloquer les bagnoles polluants et grandes surfaces autour de la périphérique. J'ai rendu service à plusieurs cyclistes en route avec mes outils et mes connaissances du coin, et la périphérique à Neustrie atteint, commencais mon habituel bavardage avec n'importe qui sur n'importe quoi.
deux manifestantes portent un banderole qui lit
(On peut imaginer)
Dans les partis plus libres de la périph dont on peut rouler facilement, j'étais frappé par la haute qualité de la bitume en comparaison avec celle fournit pour mon quotidien cycliste en ville, et je m'amusais en criant "Enfin une piste cyclable de qualité à Nantes !" slogan jugé marrant par tout le monde.

Enfin j'ai trouvé mes potes sur la montée vers le sommet du pont, et j'ai invité Marc à partager ma boîte de lentilles à l'Auvergnat chauffée avec le gaz:


Après un bref repos j'ai grimpé le pont:
Vue du centre ville de Nantes du sommet du pont de Cheviré
Très belle descente vers Chantenay et le bonheur de rentrer juste avant une orage assez violente qui sans doute à bien arrosée les eventuels retardataires. Toute simplement c'était parmi les meilleures jours de ma vie en France, un vrai plaisir pour rencontre les amis neufs et anciens--et, après huit ans sur Nantes, le privilège de traverser à vélo la Loire à Cheviré, une activité normalement interdite aux cyclistes.
***
Mises à jour:
1) 0915h, 10/1/2016
1. Un cher internaut de langue maternelle française m'a recommander de réviser une phrase peu clair. Désormais elle lit "J'étais frappé par la haut qualité de la bitume en comparaison avec celle fournit pour mon quotidien cycliste en ville." Ce n'est pas mon habitude d'embaucher un correcteur pour les textes ici; mais évidemment il serait préférable. J'avais donné priorité à la rapidité de parution au prix de confort francophone. Désolé pour l’inconvenance.
2. Ampleur de la manif. Je peux témoigner que, debout sur une glissière à l'échangeur sud du pont (à quelques centaines de mètres de la commencement de la montée de la chaussée vers le pont), il était les manifestants aussi loin que l'œil puisse voir dans les deux directions : au sommet du pont, et derrière moi vers la Porte de Grand Lieu. Les deux estimations de 7000 et 20000 manifestants me paraient conservatrices, et à mon avis le grandeur du spectacle doit faire réfléchir la minorité pro-aéroport.
3. J'ai enrichi le texte avec l'ajout de quelques liens : j'ai croisé l'encyclique du Pape François grâce à mon intérêt dans l'activité de la production et analyse de commentaires internautes et le peer review (~~comité de lecture). Le système du commentaires développé à http://hypothe.is est assez importante pour ce qui s'intéresse dans ce genre de production textuelle.
update 2 (11/01/2016, 1103h) Archive de mes remarques publiques en français sur les reseaux sociaux:
Et à breizh-info.com:
Je soutiens l'argument globale que l'enjeu NDDL se base sur la spéculation immobilière--les terrains agricoles autour de NDDL se transformeraient au fur et à mesure de temps en zones industrielles (et leur axes routières) avec les prix foncières juteux qui vont avec. Néanmoins je critique cet article pour sa propagation de la fausse notion que "le transfert" "libéra" du terrain à Bougenais. Dans tout que j'ai lu sur l'enjeu, Airbus (2000 emplois locaux) oppose le transfert, et continuera d'avoir besoin de la piste à Nantes-Atlantique pour ses livraisons Beluga. Un industriel aussi dépendant sur la soutien de l'État comme Airbus n'a pas forcément la liberté pour s’exprimer sur tout enjeu politique, mais d'après tout il sera toujours une piste d'atterrissage à Nantes-Atlantique. Bon, si le système français arriverait à bétonner une vaste étendue du joli bocage, terres agricoles et zones humides (et les nappes phréatiques qui vont avec) pour une poignée des spéculateurs et leur fidèles édiles sans originalité ni imagination, c'est la rupture.
Update 1911h, 14/2/2016:
et à phillipegrosvalet.fr

J’ai le souci d’un juste équilibre entre le développement économique et social et la préservation indispensable de nos ressources naturelles.
Tout à fait.
Le projet d’aéroport du Grand Ouest répond, selon moi, à ce double défi.
Si vous me le permettez, je voudrais vous expliquer mes soucis en lisant cette phrase de votre part.
J’avais observé dans mes 7 ans en France un laxisme dans l’aménagement du territoire qui est (pour moi) complètement alien et bizarre. Il paraît que la spéculation sur les prix fonciers des terres agricoles est le sport national, avec les villes et villages étalés un peu partout. Dans mon petit pays de naissance, l’Écosse, une telle attitude vers les espaces vertes seraient considéré par la grande majorité du peuple complètement hors raison. Mais ici, avec la seule geste de la plume d’un homme politique, un hectare agricole loué à 100€ par an, devient une lotissement constructible ou zone industrielle à vendre à peu près €1 million l’hectare. La tentation est clair, mais est-ce que c’est raisonnable ?
Et la difficulté avec l’aéroport proposé à Notre Dame des Landes, est que, jusqu’aujourd’hui, le dossier me paraît éparpillé des fautes (absence devis pour les liaisons de transports en commun, l’avenir d’Airbus à Bougenais, effets sur les nappes phréatiques, non-respect d’espèces protégés…) Pour moi, l’étranger un peu étonné qui personne ose proposer de bétonner un bocage aussi joli qui l’existant à Notre-Dames des Landes, la meilleure interprétation que je puisse trouver soit que les hommes politiques comme vous, M. Grosvalet, sont tenu pour défendre les décisions indéfendables d’hier pour raisons de discipline interne parti politique.
Ce circonstance donné, il me paraît la responsabilité de tous pour contester cet deuxième* aéroport pour Nantes jusqu’au moment du retour de la raison dans les vrais enjeux du débat.
(*au moins jusqu’au moment qu’on reçoit la nouvelle du projet de transfert de l’usine Airbus de son siège existent à Bougenais. L’utilisation du mot “transfert” dans ce contexte est précisément le genre de malhonnêteté linguistique qui est si lamentable. Selon vous, à quelle date la fermeture de la piste d’attérissage de Nantes-Atlantique elle sera prévue ? J’attends vos précisions sur cette détaille importante avec intêrét.)

***
Update 07/03/17: Fixed busted link to comment at breizh-info.com by reference to archive.org (original was 404ing). My comment appears to have been lost from the archive. It is republished here. It is perhaps so obvious as not to need to be said, but my commenting at any site in no way implies endorsement of that site: au contraire !




3 commentaires:

Unknown a dit…

Sounds rad

Unknown a dit…

Sounds rad

Douglas Carnall a dit…

It was! One of the best days of my life!